Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : L'Univers de Babette
  • L'Univers de Babette
  • : tout ce qui touche à l'énergie, le qi, la lecture, les sculptures, les peintures, le dessin, les travaux manuels...
  • Contact
13 janvier 2010 3 13 /01 /janvier /2010 16:39
          N'avez-vous jamais rêvé de pouvoir entrer dans une bulle de savon ? Juste puor voir quelle sensation procure le fait de tout survoler entouré d'une paroi transparente qui prend de magnifiques couleurs à la lumière. Etre au dessus de tout, inaccessible. Si cela ne vous a jamais traversé l'esprit, je vais vous y aider. Mais si vous avez déjà fait ce rêve ce sera plus facile de vous emmener avec moi, là où l'on voit tout sans être vu, là où l'air est pur, cet endroit d'où l'on ne veut pas partir.
          Fermez donc les yeux, l'écran noir strié d'étoiles multicolores de votre esprit apparait. Imaginez, pour commencer, une bulle, une quelconque bulle de savon. Vous voyez parfaitement ses reflets de toutes les couleurs : bleu, or, vert... Elle vous survole et, soudain vous vous rendez compte qu'une autre bulle passe, mais celle-ci vous est passée par dessous, alors vous regardez plus attentivement autour de vous et à votre grande surprise, vous êtes vous-même dans une belle bulle, pas une bulle prise au hasard, non, la plus belle bulle, la plus solide et vous savez maintenant qu'elle ne vous laissera pas tomber parce que c'est VOTRE BULLE. C'est alors que vous sentez une forte douceur vous envahir l'esprit, vous vous détendez, tout vous semble loin, insignifiant, il vous paraît que rien ne pourra désormais vous atteindre, vous êtes au dessus de tout. Vous êtes seul mais vous êtes bien, comme jamais vous ne l'avez été auparavant. Vous vous sentez plus que léger, libre, au-dessous de vous, vous pouvez apercevoir des gens, beaucoup de gens, ils courent en tout sens, crient, grognent, râlent. Ils sont au sol, vous êtes dans les aires, tout vous sépare du monde présent, maintenant. Vous riez, vous riez fort, vous qui êtes si heureux dans votre bulle, voyez donc tout les autres qui suppotent à présent tous vos soucis passés, on pourrait appeler cela un transfert de chaînes.
          Mais vous apercevez quelqu'un de votre connaissance, quelqu'un que vous aimez bien et il vous parait injuste que vous soyez en paix et pas votre ami. Vous vous couchez sur le fond de la bulle et y tapez, puis vous tentez, bien vainement, de l'appeler. Mais il ne vous répond pas ! Vous voit-il au moins ? Vous en doutez soudain. Mais vous vous éoignez, lentement mais trop vite encore pour que vous ayez le temps de l'interpeller réellement. Alors vous le regardez disparaître à l'horizon, un horizon de brouillard pour cette personne et le remords commence de vous ronger, vous auriez aimé que cette personne soit aussi bien que vous dans une bulle. Vous vous asseyez l'air penaud, il est bien loin à présent, et par votre faute vous savez que vous ne le reverrez plus jamais, oui, vous m'avez bien comprise, plus jamais. Il n'y a plus que des bulles autour de vous, mais elles sont tellement réjouissantes que vous oubliez bien vite, trop vite, votre ami. Honte à vous de l'avoir laissez sombrer dans le désordre et le chaos auquel vous avez échappé. Mais vous vous dites qu'il est bien naturel de penser un peu à vous, mais vous savez que la mort guette.
          Gardez les yeux bien clos, oubliez ce que vous venez de vivre, vous volez tojours dans cet espace cotonneux. Puis vous traversez de nouveau une ville, vous ne la connaissez pas, ou il vous semble ne pas la connaître. Non ! ça y est, j'y suis, vous ne la reconnaissez pas, elle est détruite, totalement détruite. Le brouillard qui la recouvrait alors commence de s'éffilocher et il vous apparaît un spectacle d'horreur. Les rues sont bien celles de votre enfance, les maisons, celles de vos amis, mais tout est jonché de cadavres ensanglantés et dans un état de putréfaction très avancé. Mais pour vous, chaque corps est reconnaissable, vous voyez vos parents, vos amis, votre patron, par la même occasion. Les corbeaux de votre vie, se sont rassemblés sur leur dépouille, et à votre passage, ils lèvent tous la tête, ils vous reconnaissent et leurs regards ne sont plus ceux d'animaux charognards, mais bien ceux des gens qu'ils dévorent. Tous ces regards accusateurs vous fixant comme s'il n'y avait plus que vous et ce décor macabre. Mais une grande question vous vient : qu'avez vous fait pour mériter ces regards méprisants ? Ces regards qui semblent seuls à savoir ce qu'ils vous reprochent. Vous, vous tournez la tête en tous sens, mais le décor est identique partout, du sang, la peur, la Mort.
Votre bulle n'avance pas aussi vite que la première fois, elle vole lentement pour que vous ayez bien le temps de contempler le désastre. Maisons et bureaux détruits, du sang et des cendres de toutes parts. Un air de souffrance, de longue souffrance arrive à vous, vous sentez cette odeur qu'ils ont dû tous sentir avant de mourir.
          Vous fermez les yeux vous ne voulez plus rien voir de tout cela, mais vous oubliez que vous avez déjà les yeux fermés, alors rien ne disparaît, tout reste devant vos yeux, la souffrance vous étreint. Non ! Vous ne devez pas ouvrir les yeux, pas maintenant, bientôt, mais pas encore. Vous voilà de retour dans votre belle bulle. Le brouillard est revenu pour recouvrir votre ville, votre erreur, mais vous avez mal au coeur, une profonde envie de vomir tord votre estomac, la sérénité qui vous avait alors tellement plu est déjà presque oubliée, elle vous paraît loin, car elle est loin. Alors vous regrettez toutes vos erreurs et c'est à ce moment là que vous découvrez que les regrets sont une conséquence inévitable de la vie, vous aimeriez ne jamais avoir pénétré cette bulle. A quoi vous a-t-elle fait échapper ? Quelle importance ! Vous souhaitez être mort, mais d'abord quitter cette bulle, l'air y devient irrespirable, et la solitude vous pèse sur les épaules comme autant de crimes affreux et hypocrites que vous avez commis. Après tout, la Mort était peut-être venue pour vous et pour se venger de na pas vous avoir trouvé, elle a éliminé tous ceux qui se trouvaient près d'elle.
         Alors une forte envie de crier vous monte à la groge, vous ouvrez la bouche, mais aucun son n'en sort. Vous vous apercevez alors que vous êtes dans l'incapacité totale de respirer, quelque chose vous en empêche. C'est horrible, insupportable, vous sentez votre visage qui enfle, vos yeux : ils semblent prêts à quitter leurs orbites. Vous portez, dans un dernier réflexe, vos mains tremblantes à votre cou. Maintenant, ouvrez les yeux ! Vous n'êtes plus dans la bulle aux reflets magiques, vous êtes allongé dans votre lit, exactement comme au moment où je vous ai interpellé mais la vision de votre chambre est trouble, incertaine, cependant, une forme sombre se dessine dans ce brouillard. Qui est-ce ? Comment a-t-elle put pénétrer dans votre chambre ? Autant de questions qui ne vous viennent pas à l'esprit, parce que vous n'avez pas le temps de donner vous-même les réponses. Vous montez vos mains difficilement sur votre visage ; il ne vous reste alors que quelques minces minutes ; il est gonfle et entouré d'une matière plastique, c'est une poche à congélation. Et vous, vous mourrez dans un dernier sursaut, vous mourrez bêtement de suffocation, parce que quelqu'un ne vous a pas pardonné une erreur qu'un jour vous avez commise. C'est stupide mais c'est ainsi. Il n'y a de justice que pour ceux qui la crée.
          Vous ne voyez, en percevez, ne ressentez plus rien. Mais, moi, je vois, je vois cette ombre qui vous a intriguée l'espace d'un court instant, cette ombre qui vous a volontairement donné la mort et cette ombre déploie de grands ailes noires aux reflets bleux. A présent, je sais, c'est un des corbeaux de votre sombre vie, une accumulation de fautes, d'erreurs, de coups bas. Mais vous n'avez pas écoutez la fin et je parle déjà dans le vide.....

FIN
Repost 0
10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 14:23
Cristal-de-roche-et-argent-copie-1.JPG

J'ai une super nouvelle a vous annoncer. Je viens de trouver du travail. Je serais EVS administrative (emploi vie scolaire administrative) c'est à dire que j'aiderai la directrice de l'école à faire le secrétariat et diverses autres tâches. Pour le moment c'est pour 6 mois 20 heures par semaines. Mais je ferai tout de même la semaine complète ce qui me permettra d'avoir les congés. Je ne vous laisse pas pour ça je viendrai toujours mettre des articles.
Repost 0
Published by Babette47 - dans Divers
commenter cet article
8 janvier 2010 5 08 /01 /janvier /2010 14:16
Lorsque Théo se réveilla il n'y avait personne dans sa chambre, il avait froid; juste à ce moment, Karl entra dans la pièce, comme s'il avait prévu son réveil. "Te voilà enfin réveillé. Je dois savoir comment tu t'ai fait toutes ces coupures pour pouvoir remplir ta fiche".
Il lui sourit pour le rassurer et s'assit sur la chaise à côté du lit. Théo se redressa en grimaçant.
- Je..., je ne me souviens pas du tout. Désolé.
Puis il tourna la tête vers la fenêtre.
- Je vois, mais tu dois comprendre que si je ne sais pas comment ça t'est arrivé il va y avoir un trou dans ton dossier médical.
- Et alors ?
- Je suis le médecin qui s'occupe de ta petite amie, Jessie.
Il baissa la tête, peut-être que le savoir le mettrait en confiance.
Il souleva un sourcil.
- Elle va bien, je peux la voir, il faut que je la vois.
Il commença de s'exciter, même s'il ne pouvait pas bien bouger.
- Reste calme, je t'amenerai la voir tout à l'heure. Tu tombe bien, il faudra que je te parle de quelque chose un peu hors du commun.
Il s'approcha comme s'il ne voulait pas qu'on l'entende.
Repost 0
3 janvier 2010 7 03 /01 /janvier /2010 11:11
Je vous souhaite à tous et à toutes une

bonne-annee-bis.gif
Repost 0
Published by Babette47 - dans Gifs animés
commenter cet article
21 décembre 2009 1 21 /12 /décembre /2009 19:23
Théo regarda d'un air terrifié le mec qui venait de l'accoster, il l'attrapa par le col de la chemise, il ouvrit la bouche pour lui demander s'il ne les voyait pas lui aussi, mais il réalisa que c'était inutile. Il le lâcha, le mec relâcha son souffle et Théo partit en trébuchant vers l'hôpital. Ce soir le passant irait dans un bar et pourrait raconter d'un air fier qu'il avait croisé un homme totalement timbré, aujourd'hui.
Pourtant il saignait, ça il ne l'avait pas rêvé, tout le monde le regardait, certaines personnes même se proposaient pour l'emmener à l'hôpital, mais à chaque fois il refusa : il fallait qu'il marche pour reprendre ses esprits. Il entra dans le bâtiment, de suite il s'écroula, il avait perdu beaucoup de sang. Une infirmière se précipita vers lui et le retourna, comme par hasard, Karl passa juste à ce moment là, l'infirmière l'interpella. "Il vient de s'écrouler, je crois bien qu'il a perdu beaucoup de sang."
Elle tremblait, elle n'avait pas à faire ce boulot, elle n'était que standardiste. Karl le comprit.
- Laissez, je vais m'en occuper, ça n'a pas l'air aussi grave que ça.
Il le souleva, elle le regarda faire. Un autre médecin passa dans le couloir.
- Apporte moi une civière, je l'amène en ranime et pense à m'envoyer quelqu'un pour le recoudre."
Il hocha la tête et partit encourant. Karl chercha le portefeuille du jeune homme qu'il tenait, il l'ouvrit le secoua et trouva la carte d'identité. En lisant le nom il se souvint où il l'avait vu : ici même, ce garçon était le petit ami de Jessie. La tête lui tourna soudain, il ne parvint pas à croire qu'il s'agissait d'une coïncidence, pas avec ce qu'il s'était passé au scanner. L'autre revint avec la civière, il l'amena dans une chambre de réanimation. Il s'assit à côté de lui et regarda sa montre, l'autre avait oublié de lui envoyer quelqu'un pour recoudre le gamin, il serra le poing et décida de le faire lui-meme.
Repost 0
19 novembre 2009 4 19 /11 /novembre /2009 15:37
Ne pas favoriser les hommes de mérite,
c'est éviter que le peuple ne conteste.
Ne faire aucun cas des objets précieux,
c'est éviter le vol au sein du peuple,
Ne rien exhiber qui puisse susciter la convoitise,
c'est éviter le trouble au coeur du peuple.

C'est pourquoi le Sage gouverne ainsi :
Il vide les coeurs et emplit les ventres.
Il affaiblit les ambitions et fortifie les os.
Il fait en sorte que le peuple reste sans savoir ni désir
Et pourvoit à ce que les doctes n'osent agir.
Il pratique le non-agir,
et tout entre dans l'ordre.
Repost 0
Published by Babette47 - dans Lao Tseu
commenter cet article
9 novembre 2009 1 09 /11 /novembre /2009 00:28



























http://steppiquehebdo.blogspot.com/2009_03_01_archive.html





























http://cessenon.centerblog.net/1206767-A-propos-de-la-garance



Il s'agit du genre rubia. Il comporte 40 espèces. Il est distribué dans la région méditerranéenne ainsi qu'en asie, afrique, amérique centrale et amérique du sud. La plupart des espèces fourni, depuis l'antiquité, une teinture rouge naturelle et c'est donc vrai pour la garance.Elle était autrefois très cultivée pour sa matière colorante, l'alizarine. Mais on arrêta car dans la seconde moitié du XIXème siècle l'alizarine fut fabriquée synthétiquement à partir du goudron de houille. En médecine naturelle on utilise la racine. Cette dernière contient des dérivés rouges foncé d'anthracène (2 à 4%), principalement alizarine, purpurine, rubiadine et autres. L'actif essentiel est l'acide ruberythrique. Les principes actifs de cette plante désintègrent ou dissolvent les calculs urinaires, phosphatiques et de magnésio-calciques dans les reins et la vessie. On considère ça comme douteux car les effets s'expliquent comme étant le résultat de la diminution des spasmes dans le système urinaire du à l'action du groupe entier des principes actifs. De ce fait l'élimination des calculs des voies urinaires est plus facile. On conteste également les effets diurétiques bien que les constituants soient éliminés dans les urines et qui leur donne cette coloration rouge. Il faut en être informé pour ne pas penser qu'il s'agit de sang. On prend la drogue en décoction à raison d'une cuiller à café pour une tasse d'eau que l'on fait bouillir pendant 20 minutes. On la prend 3 fois par jour après les repas. On peut aussi la prendre en poudre à raison d'une dose d'un gramme 3 fois par jour avec une pincée de bicarbonate de soude.

C'est une plante vivace à rizhome rougeâtre, très ramifié. Il est articulé plutôt ténu. Ses racines sont fibreuses. Ses tiges droites ou grimpantes atteignent 40 cm à 1m. Elles sont carrées et ont des épines, raides, recourbées qui s'agrippent aux plantes voisines. Les feuilles sont organisées en verticilles de 4 à 6. Elles sont ovées-lancéolées et également piquantes sur les bords. Les petites fleurs sont disposées en inflorescences terminales lâches. Elle sont quadrimères, pédonculées, jaunes. Le fruit est une dupe lisse, brun rougeatre de la taille d'un petit pois.
Repost 0
Published by Babette47 - dans Plantes médicinales
commenter cet article
27 octobre 2009 2 27 /10 /octobre /2009 00:28
Il n'est pas de confiance en toi que tu ne sois en droit de laisser grandir.

Durée : 30 minutes.

Installez-vous confortablement, fermez les yeux et respirez profondément douze fois, en laissant la détente s'installer dans chacun de vos membres (2 minutes). Réjouissez-vous, nous allons aujourd'hui dépasser l'une de vos peurs les plus grandes, une situation que vous ne vous sentiez pas capable d'affronter dans la réalité (...). Prenez bien conscience maintenant de cette situation qui provoque en vous une totale perte de confiance (...). Imaginez votre peur, votre désarroi, sentez-les au plus profond de vous-même (...). Imaginez-vous en face de cette situations, sans pouvoir réagir, totalement passif (...). Décidez que vous ne voulez plus de cela maintenant dans votre vie (...). Laissez votre imagination, vous emmener aux pieds d'une grande et magnifique montagne (...)/ Saluez-la et demandez-lui d'accepter votre venue (...). Commencez à monter vers le sommet, un petit chemin dans le bois s'ouvre à vous (...). Regardez les arbres au-dessus de votre tête, grands, majestueux, solides (...). Au fur et à mesure que vous grimpez, votre force grandit à l'intérieur de vous (...). Continuez, grimpez encore (...). Sentez vos muscles tirer et l'effort que votre corps doit faire dans cette ascension (...). Une grande paroi rocheuse se dresse devant vous (...). ¨Prenez le temps d'observer le sommet de glace et valuez le chemin qui vous reste à parcourir pour y arriver (...). Rappelez-vous votre décision de vouloir dépasser ce manque de confiance (...). Commencez l'ascension de la paroi rocheuse en utilisant chacune de ses failles pour y placer vos mains et vos pieds (...). Sentez comme l'effort vous fait du bien et comme votre confiance dans vos actes grandit à chaque instant (...). Les derniers mètres de la paroi sont devant vous, encore un petit effort (...). Prenez le temps de vous reposer un moment, asseyez-vous au sommet de la paroi et admirez le paysage magnifique qui s'étend sous vos yeux (...). Un tiers de l'ascension reste à faire, pour arriver au pic tout en haut, il vous faudra traverser une mer de neige et de glace (...). Réjouissez-vous d'etre arrivé jusque là et félicitez-vous de l'aisance avec laquelle vous avez fait ce parcours (...). Continuez à monter,  dans la neige et dans la flace (...). Cette dernière partie du parcours est moins rapide, vos pieds s'enfoncent dans la neige (...). N'abandonnez pas maintenant, vous êtes presque arrivé, seul le pic de flace reste à escalader (..). Allez-y, la glace offre des aspérités auxquelles vous pouvez vous accrocher (...). Encore quelques mètres et vous aurez réussi (...). Bravo ! Vous êtes arrivé tout en haut de la montagne ! Regardez tout autour de vous le magnifique paysage qui s'offre à vos yeux (...). Sentez-vous cet air merveilleusement pur ? (...). Imprégnez-vous de ce calme et de cette confiance de savoir que vous êtes au-dessus de tout et que rien, sauf le soleil n'est plus haut que vous (...). Regardez maintenant de là où vous êtes la situation qui vous faisait peur, là tout en bas dans la vallée, minuscule comme un microbe (...). Elle vous parait maintenant ridicule du haut de cette montagne (...). Riez si vous en avez envie et dites-lui que vous n'avez plus peur d'elle (...). Sentez la confiance acquise pendant l'ascension parcourir tout votre coprs et votre mental (..). Vous savez maintenant que rien n'a le pouvoir de vous faire peur ou de vous impressionner(...). Décidez que vous avez acquis assez de force et de confiance en vous pour affronter cette situation (...). Dites-lui :"toi, situation, écoute-moi bien, je vais du haut de ma montagne sauter jusqu'à toi et te montrer que tu ne me fais plus peur"(...). Sautez maintenant, d'un énorme bond jusqu'à l'endroit où se trouve cette situation dans la vallée(...). Elle est à présent en face de vous (...). Imaginez-vous en train de la vivre dans la facilité, avec aisance et une pleine confiance en vous (...). Visualisez cette situation plusieurs fois, se déroulant exactement comme vous le voulez (1 minute). Prenez le temps d'apprécier à l'intérieur de vous l'effet que cela vous fait d'être en confiance absolue avec vous-même (...). A votre rythme, revenez à la réalité et ouvrez les yeux.

Combien de messages reçus dans notre enfance n'ont-ils pas imprégné notre esprit de manque de confiance en nous ? "Tu ne seras jamais capable de ..." "De toute façon, tu n'y arriveras pas..." "Ce n'est même pas la peine d'essayer..." Renoncez à garder rancune à ceux qui vous ont imprégné de ces messages. Ils en ont été eux-mêmes marqués une ou deux générations plus tôt et vous ont simplement appris ce qu'ils avaient appris !
Vous pouvez casser cette chaîne, en commençant par vous débarrasser de ces messages et surtout en évitant de les transmettre à vos enfants :"Attention, tu vas tomber, tu vas te brûler..." Cette méditation s'adresse à tout un chacun et à n'importe quel cas de figure, comme par exemple une rendez-vous cez un supérieur, s'exprimer en face d'un public ou toute autre situation dans laquelle on est mal à l'aise. La motivatio, catalyseur de toute réussite, peut parfois faire défaut quand la confiance en soi est atrophiée. Pour reprendre contact avec cette motivation, il convient donc de travailler d'abord à la confiance. Aucune situation ni aucun être n'a le pouvoir de nous impressionner si nous ne lui donnons ce pouvoir. Que la confiance baigne chaque instant de votre vie.



Repost 0
Published by Babette47 - dans Méditations
commenter cet article
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 07:13
Bonjour tout le monde
je viens vous présenter un très beau site. La personne qui l'a créé vent des pierres de soins.
Voici le lien 

 http://laboutique-de-sancie.over-blog.com/  

Elle organise un petit concours avec tirage au sort à la clé le 1er novembre.

IL suffit de mettre un com pour lui dire que l'on participe et ensuite de faire un article sur votre blog pour présenter sa boutique.

Je la trouve courageuse alors allez-y nombreux(ses) si plus de 40 inscrit une deuxième gagniante sera désignée.
Repost 0
Published by Babette47 - dans Divers
commenter cet article
14 octobre 2009 3 14 /10 /octobre /2009 08:10
Bonjour
je suis désolée pour mes habitué(e)s, mais actuellement pas trop le temps de venir. Bientôt je mettrai de nouveau des articles. Dans presque toutes mes catégories.
En attendant je vous embrasse tous et vous envoie plein d'ondes positives.
Repost 0
Published by Babette47 - dans Divers
commenter cet article