Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : L'Univers de Babette
  • L'Univers de Babette
  • : tout ce qui touche à l'énergie, le qi, la lecture, les sculptures, les peintures, le dessin, les travaux manuels...
  • Contact
20 mai 2010 4 20 /05 /mai /2010 07:47

http://image.blingee.com/images17/content/output/000/000/000/6a8/628970890_1713863.gif

 

 

Un grand merci à tous ceux qui viennent me voir. Grâce à vous mon blog a dépassé les 10 000 visites.

Continuez à venir nombreux.

Repost 0
Published by Babette47 - dans Divers
commenter cet article
4 mai 2010 2 04 /05 /mai /2010 14:17

  l-heritage-tome-2-l-aine_couv.jpg

 

  L'HERITAGE – Tome 2 (L'AINE)

 

 

Mois de lecture : Mars 2010

 

Titre : L'AINE
Public :
Tout public à partir de 11 ans
Auteur :
Christopher PAOLINI

 

 

 

 

 

 

 

 

  Résumé : 

 

Voici le second tome de la saga de l'héritage.

 

Eragon est maintenant un dragonnier reconnu de tous.

 

Bien qu'il n'ait pas encore vraiment compris comment il en est arrivé là et, surtout, pourquoi lui. Il le découvrira au cours de ce tome. Il part faire une longue formation chez les elfes.

 

   Mon analyse : 

 

Toujours aussi bien raconté cette histoire tient en haleine tous ceux qui s'y pencheront dessus.

 

Croyez-moi vous n'aurez de cesse, une fois entamée la lecture de ce livre, d'aller jusqu'au bout.

 

 

 

Repost 0
Published by Babette47 - dans Carnet de lecture
commenter cet article
4 mai 2010 2 04 /05 /mai /2010 14:02

  

  

  l-heritage-tome-1-eragon_couv-copie-1.jpg

 

 

L'HERITAGE – Tome 1 (ERAGON)

 

Mois de lecture : Mars 2010

 

Titre : ERAGON
Public :
Tout public à partir de 11 ans
Auteur :
Christopher PAOLINI

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Résumé : 

 

Un jeune fermier et chasseur se prénomme Eragone. Au cours d'une de ses chasses en forêt, il découvre se qu'il croit être une mystérieuse pierre bleue. Il la ramène chez lui. Plus tard cette pierre s'avèrera être un oeuf de dragon. La dragonne, car il s'agit d'une femelle, est d'un superbe bleu profond et son nom s'impose tout naturellement à Eragon qui la baptise : Saphyra.

S'en suit toute une suite d'aventures et d'épreuves qui mèneront Eragone a beaucoup voyagé et à se retrouver auprès des Vardens (peuple qui ne reconnait pas le roi actuel du royaume), des nains et des elfes.

 

  Mon analyse : 

 

J'ai beaucoup aimé ce premier tome. Il est plein de rebondissements. Les personnages sont bien décrits et je n'ai pas eu de mal à les imaginer. Le film qui a été tiré de ce tome est superbe et bien ressenti.

Je conseille vivement la lecture de ce livre.

 

 

Repost 0
Published by Babette47 - dans Carnet de lecture
commenter cet article
11 avril 2010 7 11 /04 /avril /2010 18:44

 

av.jpg

 

 

L'esprit de la vallée ne meurt pas ; on l'appelle la femelle mystérieuse.


La porte de la femelle mystérieuse s'appelle la racine du ciel et de la terre.


Il est éternel et semble exister matériellement.


Si l'on en fait usage, on n'éprouve aucune fatigue.

Repost 0
Published by Babette47 - dans Lao Tseu
commenter cet article
21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 18:18

Deux Amants

 

 

Deux-amants-de-poivre-d-avor.jpgMois de lecture : Juillet 2010

 

Titre : Deux amants
Public :
Adultes
Auteur :
Patrick Poivre-d'Arvor

 

 

 

 

 

   
   
 Résumé : 

Je viens de finir un second romand signé Patrick Poivre d'Arvor : "Deux amants". J'ai bien sûr adoré.

Cette fois cela passe sur fond d'enquête policière.
Une adolescente trouve deux amants morts sur la lande en Angleterre, au pied du château du roi Arthur à Tintagel.

De là cette ado et son frère échaffaudent des hypothèses et se rendent en France pays d'origines de des morts et découvrent leur vie... Une façon de grandir pour ces deux enfants.

 

   Mon analyse : 

 

Simple dans ses mots et ses tournures. Beaucoup de tendresse.

Bonne lecture

Repost 0
Published by Babette47 - dans Carnet de lecture
commenter cet article
13 mars 2010 6 13 /03 /mars /2010 10:41

Les enfants de l'aube

 

 

Mois de lecture : Juillet 2010

 

Titre : Les enfants de l'aube

Public : Adultes
Auteur :
Patrick Poivre-d'Arvor

 

 

 

 

 

 

 

 Résumé : 

Dans les enfants de l'aube, il est question d'un amour d'adolescence. Cet amour va plus loin que l'amourette. C'est profond, tendre, on imagine tout de suite la scène.


  

   Mon analyse : 

 

 

Je viens de découvrir les romans de Patrick Poivre d'Arvor. Je suis littéralement conquise. Il écrit simplement

C'est vraiment magnifique et superbe

Repost 0
Published by Babette47 - dans Carnet de lecture
commenter cet article
4 mars 2010 4 04 /03 /mars /2010 13:09
En voici un autre tout aussi simple dans d'autre coloris

P3050095.JPG


P3050099.JPG
Repost 0
Published by Babette47 - dans Bijoux en perles
commenter cet article
4 mars 2010 4 04 /03 /mars /2010 13:05
Voilà bien longtemps que je n'avais pas fait de perlage. Je m'y remets tout doucement.
Voici un bracelet tout simple.

P3050103.JPG

P3050104.JPG
Repost 0
Published by Babette47 - dans Bijoux en perles
commenter cet article
3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 15:03
_0784.jpg



Le ciel et la terre n'ont point d'affection particulière. Ils regardent toutes les créatures comme le chien de paille du sacrifice.

Le saint homme n'a point d'affection particulière ; il regarde tout le peuple comme le chien de paille du sacrifice.
L'être qui est entre le ciel et la terre ressemble à un soufflet de forge qui est vide et ne s'épuise point, que l'on met en mouvement et qui produit, de en plus en plus, du vent.
Celui qui parle beaucoup du Tao est souvent réduit au silence.
Il vaut mieux observer le milieu.

Dévelpemment : en effet en toute chose il faut observer le milieu. La voie du milieu. L'excès en tout, que ce soit dans la faiblesse ou dans la force, est néfaste.

Repost 0
Published by Babette47 - dans Lao Tseu
commenter cet article
13 janvier 2010 3 13 /01 /janvier /2010 16:39
          N'avez-vous jamais rêvé de pouvoir entrer dans une bulle de savon ? Juste puor voir quelle sensation procure le fait de tout survoler entouré d'une paroi transparente qui prend de magnifiques couleurs à la lumière. Etre au dessus de tout, inaccessible. Si cela ne vous a jamais traversé l'esprit, je vais vous y aider. Mais si vous avez déjà fait ce rêve ce sera plus facile de vous emmener avec moi, là où l'on voit tout sans être vu, là où l'air est pur, cet endroit d'où l'on ne veut pas partir.
          Fermez donc les yeux, l'écran noir strié d'étoiles multicolores de votre esprit apparait. Imaginez, pour commencer, une bulle, une quelconque bulle de savon. Vous voyez parfaitement ses reflets de toutes les couleurs : bleu, or, vert... Elle vous survole et, soudain vous vous rendez compte qu'une autre bulle passe, mais celle-ci vous est passée par dessous, alors vous regardez plus attentivement autour de vous et à votre grande surprise, vous êtes vous-même dans une belle bulle, pas une bulle prise au hasard, non, la plus belle bulle, la plus solide et vous savez maintenant qu'elle ne vous laissera pas tomber parce que c'est VOTRE BULLE. C'est alors que vous sentez une forte douceur vous envahir l'esprit, vous vous détendez, tout vous semble loin, insignifiant, il vous paraît que rien ne pourra désormais vous atteindre, vous êtes au dessus de tout. Vous êtes seul mais vous êtes bien, comme jamais vous ne l'avez été auparavant. Vous vous sentez plus que léger, libre, au-dessous de vous, vous pouvez apercevoir des gens, beaucoup de gens, ils courent en tout sens, crient, grognent, râlent. Ils sont au sol, vous êtes dans les aires, tout vous sépare du monde présent, maintenant. Vous riez, vous riez fort, vous qui êtes si heureux dans votre bulle, voyez donc tout les autres qui suppotent à présent tous vos soucis passés, on pourrait appeler cela un transfert de chaînes.
          Mais vous apercevez quelqu'un de votre connaissance, quelqu'un que vous aimez bien et il vous parait injuste que vous soyez en paix et pas votre ami. Vous vous couchez sur le fond de la bulle et y tapez, puis vous tentez, bien vainement, de l'appeler. Mais il ne vous répond pas ! Vous voit-il au moins ? Vous en doutez soudain. Mais vous vous éoignez, lentement mais trop vite encore pour que vous ayez le temps de l'interpeller réellement. Alors vous le regardez disparaître à l'horizon, un horizon de brouillard pour cette personne et le remords commence de vous ronger, vous auriez aimé que cette personne soit aussi bien que vous dans une bulle. Vous vous asseyez l'air penaud, il est bien loin à présent, et par votre faute vous savez que vous ne le reverrez plus jamais, oui, vous m'avez bien comprise, plus jamais. Il n'y a plus que des bulles autour de vous, mais elles sont tellement réjouissantes que vous oubliez bien vite, trop vite, votre ami. Honte à vous de l'avoir laissez sombrer dans le désordre et le chaos auquel vous avez échappé. Mais vous vous dites qu'il est bien naturel de penser un peu à vous, mais vous savez que la mort guette.
          Gardez les yeux bien clos, oubliez ce que vous venez de vivre, vous volez tojours dans cet espace cotonneux. Puis vous traversez de nouveau une ville, vous ne la connaissez pas, ou il vous semble ne pas la connaître. Non ! ça y est, j'y suis, vous ne la reconnaissez pas, elle est détruite, totalement détruite. Le brouillard qui la recouvrait alors commence de s'éffilocher et il vous apparaît un spectacle d'horreur. Les rues sont bien celles de votre enfance, les maisons, celles de vos amis, mais tout est jonché de cadavres ensanglantés et dans un état de putréfaction très avancé. Mais pour vous, chaque corps est reconnaissable, vous voyez vos parents, vos amis, votre patron, par la même occasion. Les corbeaux de votre vie, se sont rassemblés sur leur dépouille, et à votre passage, ils lèvent tous la tête, ils vous reconnaissent et leurs regards ne sont plus ceux d'animaux charognards, mais bien ceux des gens qu'ils dévorent. Tous ces regards accusateurs vous fixant comme s'il n'y avait plus que vous et ce décor macabre. Mais une grande question vous vient : qu'avez vous fait pour mériter ces regards méprisants ? Ces regards qui semblent seuls à savoir ce qu'ils vous reprochent. Vous, vous tournez la tête en tous sens, mais le décor est identique partout, du sang, la peur, la Mort.
Votre bulle n'avance pas aussi vite que la première fois, elle vole lentement pour que vous ayez bien le temps de contempler le désastre. Maisons et bureaux détruits, du sang et des cendres de toutes parts. Un air de souffrance, de longue souffrance arrive à vous, vous sentez cette odeur qu'ils ont dû tous sentir avant de mourir.
          Vous fermez les yeux vous ne voulez plus rien voir de tout cela, mais vous oubliez que vous avez déjà les yeux fermés, alors rien ne disparaît, tout reste devant vos yeux, la souffrance vous étreint. Non ! Vous ne devez pas ouvrir les yeux, pas maintenant, bientôt, mais pas encore. Vous voilà de retour dans votre belle bulle. Le brouillard est revenu pour recouvrir votre ville, votre erreur, mais vous avez mal au coeur, une profonde envie de vomir tord votre estomac, la sérénité qui vous avait alors tellement plu est déjà presque oubliée, elle vous paraît loin, car elle est loin. Alors vous regrettez toutes vos erreurs et c'est à ce moment là que vous découvrez que les regrets sont une conséquence inévitable de la vie, vous aimeriez ne jamais avoir pénétré cette bulle. A quoi vous a-t-elle fait échapper ? Quelle importance ! Vous souhaitez être mort, mais d'abord quitter cette bulle, l'air y devient irrespirable, et la solitude vous pèse sur les épaules comme autant de crimes affreux et hypocrites que vous avez commis. Après tout, la Mort était peut-être venue pour vous et pour se venger de na pas vous avoir trouvé, elle a éliminé tous ceux qui se trouvaient près d'elle.
         Alors une forte envie de crier vous monte à la groge, vous ouvrez la bouche, mais aucun son n'en sort. Vous vous apercevez alors que vous êtes dans l'incapacité totale de respirer, quelque chose vous en empêche. C'est horrible, insupportable, vous sentez votre visage qui enfle, vos yeux : ils semblent prêts à quitter leurs orbites. Vous portez, dans un dernier réflexe, vos mains tremblantes à votre cou. Maintenant, ouvrez les yeux ! Vous n'êtes plus dans la bulle aux reflets magiques, vous êtes allongé dans votre lit, exactement comme au moment où je vous ai interpellé mais la vision de votre chambre est trouble, incertaine, cependant, une forme sombre se dessine dans ce brouillard. Qui est-ce ? Comment a-t-elle put pénétrer dans votre chambre ? Autant de questions qui ne vous viennent pas à l'esprit, parce que vous n'avez pas le temps de donner vous-même les réponses. Vous montez vos mains difficilement sur votre visage ; il ne vous reste alors que quelques minces minutes ; il est gonfle et entouré d'une matière plastique, c'est une poche à congélation. Et vous, vous mourrez dans un dernier sursaut, vous mourrez bêtement de suffocation, parce que quelqu'un ne vous a pas pardonné une erreur qu'un jour vous avez commise. C'est stupide mais c'est ainsi. Il n'y a de justice que pour ceux qui la crée.
          Vous ne voyez, en percevez, ne ressentez plus rien. Mais, moi, je vois, je vois cette ombre qui vous a intriguée l'espace d'un court instant, cette ombre qui vous a volontairement donné la mort et cette ombre déploie de grands ailes noires aux reflets bleux. A présent, je sais, c'est un des corbeaux de votre sombre vie, une accumulation de fautes, d'erreurs, de coups bas. Mais vous n'avez pas écoutez la fin et je parle déjà dans le vide.....

FIN
Repost 0